D’une intifâda à l’autre. Les ONG palestiniennes entre Autorité Palestinienne et autorités d’occupation

Type de publication: 
,
Type d'article: 
, ,
Thématique: 
,
Référence à un terme: 
Dans: 
Revue Egypte/Monde arabe
Date de publication: 
2003
Edition: 
Deuxième série, D’une intifâda l’autre: La Palestine au quotidien. No. 6, pp. 83-96

La deuxième intifâda a ceci de particulier que tous les débats paraissent se concentrer sur les rapports entre l’Autorité nationale palestinienne (ANP) et les autorités israéliennes. La communauté internationale se focalise sur les attentats suicide commis sur le territoire israélien et la réponse fortement militarisée qu’apportent les Israéliens à ces attentats. La grande absente du débat médiatique est la population palestinienne : les médias ne mettent en avant que des groupes politiques tels que le Hamâs, le Jihâd islamique, les Brigades al-Aqsâ ou le Fath. Qu’en est-il du secteur associatif actuellement en Palestine ? Il semble que les organisations non gouvernementales palestiniennes (ONGP) aient disparu de la scène politique palestinienne alors qu’elles préexistaient à cette entité préétatique que constitue l’ANP. Cette disparition est flagrante au regard des médias occidentaux, et ce, particulièrement depuis septembre 2000. Il reste à savoir ce qu’il en est sur le terrain, et quelle est la place disponible pour ces organisations prises entre deux étaux, l’ANP et l’occupation israélienne. Comment leur rôle a-t-il évolué depuis la fin de la première intifâda, avec la recomposition de la société palestinienne induite par la mise en place d’une Autorité qui tente de centraliser des activités réservées jusqu’alors au secteur associatif ? Le couvre-feu quasi permanent, depuis avril 2002, sur les Territoires occupés et l’impossibilité de circuler entre les villes palestiniennes limitent considérablement l’action des ONGP. Cela démontre que là où l’ANP a échoué à limiter la marge de manœuvre des organisations palestiniennes, les autorités israéliennes y parviennent avec succès. La situation actuelle rend très difficile tout travail de recherche. Ce texte est le résultat d’une enquête effectuée en Palestine aux mois de juin, juillet et août 2002.