From the field side of the binoculars: a different view on global public health surveillance

Type de publication: 
,
Type d'article: 
, , ,
Référence à un terme: 
Dans: 
Health Policy and Planning
Date de publication: 
2007
Edition: 
Vol. 22, Iss.1, p. 13-20

Il est généralement admis par la communauté des bailleurs de fonds que le financement ciblé des programmes de surveillance mondiaux, régionaux ou transfrontaliers est un moyen efficace pour aider les pays pauvres à développer leur propre infrastructure nationale de surveillance de la santé publique, encourager les autorités nationales à partager leurs données épidémiologiques et, finalement, assurer que les États membres de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) respectent le Règlement sanitaire international révisé (2005). Au niveau des pays, plusieurs facteurs et contraintes semblent contredire ce point de vue. Les initiatives de surveillance mondiales ou régionales ont été conçues en négligeant les systèmes de santé fragiles, desquels ils extraient des ressources humaines limitées. Le maintien de réseaux de surveillance dictés par les donateurs, mal coordonnés et redondants augmente généralement la fragmentation des priorités nationales de santé mises en place par les pays en développement. Dans leur format catégorique actuel, les stratégies de surveillance mondiales ignorent les déficits dans la gouvernance et la capacité de fournir des soins de santé. Elles semblent bénéficier surtout aux pays les plus industrialisés grâce à la fourniture d’informations d'alerte précoce ou de données scientifiques. Dans les pays à faible revenu, une réallocation des ressources au renforcement du système de santé serait un moyen plus efficace pour détecter et répondre de manière appropriée aux épidémies au niveau national ou sous-national. Comme cela a été documenté dans plusieurs initiatives pilotes au niveau sous-national (Inde, Afrique du Sud, Tuvalu et le Cambodge), l'autonomisation des travailleurs de santé de première ligne et des communautés est un élément clé pour un système de surveillance efficace. De telles mesures simples et centrées sur les ressources humaines et les valeurs communautaires semblent être plus bénéfiques que des contributions monétaires et conditionnelles massives.