Résistances et appropriations institutionnelles des Organisations Non Gouvernementales autour de la notion de victimes de violences sexuelles: Le cas de Médecins Sans Frontières en République Démocratique du Congo

Type de publication: 
, ,
Thématique: 
,
Référence à un terme: 
Date de publication: 
2008
Edition: 
Thèse de doctorat en Science de l’éducation. Lyon: Université Lumière Lyon 2
© Jodi Bieber

Ce travail se propose d’analyser les processus d’apprentissage de l’organisation humanitaire Médecins Sans Frontières (MSF) autour de la notion de victimes de violences sexuelles. Une première partie est consacrée à un essai conceptuel et critique des concepts de victimes de viols, notamment dans le champ des sciences sociales, ainsi qu’à une introduction à l’histoire de la République Démocratique du Congo (RDC). La deuxième partie porte sur l’étude qualitative d’une des plus importantes interventions de l’organisation MSF à l’Est de la RDC en faveur des victimes de violences sexuelles. 2695 anamnèses médicales de patients reçus par l’organisation ont été étudiées afin de comprendre le phénomène des viols de masse dans cette région, des entretiens semi-directifs ont également été menés avec les volontaires et cadres de l’organisation participant à la mise en œuvre de ce type d’opération. Un dernier volet décrit les éléments qui ont conduit MSF à considérer le phénomène des violences sexuelles sur ses terrains d’interventions ainsi que les processus d’appropriation et de résistance de l’organisation vis à vis de ces problématiques. Les dynamiques d’apprentissage organisationnel semblent avoir été favorisées par un ensemble d’évènements clés : conflits, pandémie du SIDA, environnement institutionnel favorable, scandales médiatiques. Les résistances se construisent autour des représentations sociales de la victime et d’enjeux éthiques et techniques. Dans ces processus, devraient apparaître des formes de médiations, des passeurs de sens qui contribueraient à rendre signifiant la pose d’actes autour de phénomènes quelquefois situés dans les sphères de l’indicible.